Les chiffres clefs

- 301 coopérateurs
-
20 centrales soit 2 996 m² de capteurs photovoltaïques de fabrication européenne
- 455 kWc de puissance totale pour 842 344 € HT investis
- 485 MWh/an de production électrique, soit l'équivalent de la consommation électrique de 180 foyers hors chauffage

vendredi 6 mai 2016

10 MILLIONS DE DOLLARS PAR MINUTE : LE MONTANT DES SUBVENTIONS AUX ÉNERGIES FOSSILES DANS LE MONDE

Nous sommes régulièrement interpelles sur le sujet des subventions aux énergies renouvelables, particulièrement celles au solaire photovoltaïque.
Nous pensons que cet article, tiré d'une récente étude du FMI, sur l'ampleur des subventions aux énergies fossiles pourrait également vous intéresser.


ou lisez quelques morceaux choisis ci-dessous

Le chiffre donne le tournis. Chaque année dans le monde, 5 300 milliards de dollars sont dépensés par les Etats pour soutenir les énergies fossiles, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI). Et pourtant, il s’agit d’une aberration économique. Car supprimer ces subventions permettrait des rentrées fiscales supplémentaires, une baisse des dépenses de santé, une réduction des émissions de gaz à effet de serre et une meilleure compétitivité des énergies renouvelables. 
[...]
Un constat corroboré par l’OCDE, qui a elle aussi publié fin septembre, un inventaire des subventions aux fossiles. Les experts de l’OCDE ont recensé près de 800 programmes de dépenses et allègements fiscaux (subventions directes) mis en œuvre dans les 34 pays membres de l’organisation et dans six pays émergents du G20 – le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Russie et l’Afrique du Sud.  

Leur coût ? Entre 160 et 200 milliards de dollars par an (142 à 178 milliards d'euros), pour la période 2010-2014. Un montant éloigné de celui du FMI car il ne prend pas en compte les externalités mais uniquement les mesures prises pour soutenir la production et la consommation d’énergies fossiles à travers des réductions sur les prix ou sur les coûts d’exploration et d’exploitation par les compagnies pétrolières, gazières et minières. Des aides adoptées pour la plupart avant 2000 pour soutenir des secteurs en difficulté mais qui n’ont pas été réévaluées depuis et qui grèvent les finances publiques et entravent les efforts mondiaux pour réduire les émissions et lutter contre le changement climatique.  [...]
Mais ces derniers temps, les choses bougent. Principalement dans les pays émergents, note l’OCDE. [...]  
La Fondation Nicolas Hulot appelle la France et les autres pays de l’OCDE à prendre exemple sur ces trois pays et à accélérer la réduction des subventions aux énergies fossiles. "En France, le projet de loi de Finances 2016 doit acter la montée en puissance jusqu’en 2020 de la Contribution climat énergie, dont le rapport OCDE montre l’impact positif ; et réduire progressivement certaines subventions néfastes : kérosène détaxé, avantage fiscal du gazole pour les particuliers et les transporteurs routiers..."  
Après des mois d’atermoiements, le gouvernement a confirmé l’arrêt des soutiens au charbon à l’export début septembre, et a annoncé, le 15 octobre dernier, l’alignement d’ici cinq ans du prix du gazole sur celui de l’essence.   

Aucun commentaire: